Le mot du coach avant Aix

Roméo Gontinéac

Ce matin, Roméo Gontinéac a répondu aux questions des journalistes pour la prochaine rencontre du Stade Aurillacois qui aura lieu samedi au Stade Maurice David face à Provence Rugby.

Roméo, c’est le premier match à huis clos et en confinement que le Stade Aurillacois va jouer, quel est ton impression sur tout ça ? R.G : Malgré tout ce qui se passe, ça fait plaisir. On est chanceux de pouvoir continuer notre métier, c’est pas le cas de tout le monde. Ça fait drôle de jouer sans public. Tous nos supporters seront derrière leur télé, il faut qu’on produise de belles choses, car on est tout de même regardés. Il faut que les joueurs aient conscience de ça et qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes sur le terrain. Vis-à-vis des autres, il faut qu’ils montrent cette chance et cette envie de pouvoir faire leur travail pour que nos téléspectateurs soient fiers de nous.

 

 

Roméo, on est à la moitié de la phase aller du championnat, comment vois-tu l’évolution du groupe ?
R.G :  Pour les 7 prochains matchs à venir, il faut qu’on revoit l’ensemble de notre effectif. On a eu pas mal de blessés, des retours de blessures. Dans notre projet, on a besoin de 40 à 45 joueurs. Chacun doit saisir sa chance, les joueurs doivent faire leurs preuves pour être dans les 23.
Pour le staff, on ne fait pas de différence entre les joueurs titulaires et remplaçants. Les joueurs sur le banc ont un rôle encore plus important car ce sont eux qui doivent faire gagner l’équipe à la fin du match.

On a vu des difficultés en conquête pour le Stade lors des derniers matches, comment as-tu préparé l’équipe ?
R.G : En conquête, on a été plus présents en touche à Oyonnax qu’à Béziers. Ça montre qu’on a du caractère.
Notre mêlée a aussi fait défaut quelquefois mais j’ai confiance au groupe, on a des joueurs puissants et tout devrait rentrer dans l’ordre prochainement. Sur le premier bloc, on a vu qu’on a dominé des packs contre Grenoble et Nevers. On a mis en échec Colomiers malgré la défaite ou encore Montauban même si ils sont pas bien classés.
On reste convaincus qu’on est un bon pack, les connexions sont importantes dans notre pack aussi bien sur la mêlée, le maul, la touche. On est confiants.

Comment vois tu l’équipe de Provence Rugby ?
R.G : Lors de notre dernier match, nous avons du défendre en 3ème rideau. Ils avaient su nous mettre en difficulté.
C’est une équipe qui progresse d’une année sur l’autre, ils travaillent dans la continuité. C’est une équipe séduisante.
Après ils sont en quête de confiance, avec un match nul, un match perdu à domicile. Ils ont des brèches en défense. Même s’ils ont gagné la semaine dernière contre Carcassonne, je trouve qu’ils manquent de sérénité.

Avec quel état d’esprit, vous allez jouer à Aix ? 
R.G : On va à Aix pour se rassurer, construire et faire ce qu’on a fait sur le premier bloc.
On a fait de belles choses dans le second bloc, avec de beaux essais marqués en mouvement qui montrent qu’on est capables de mettre en place notre jeu, même si on a dû encaisser des essais aussi. Il faut repartir avec ces bases positives, avec ce qu’on a fait de bien dans la préparation comme dans les 2 premiers blocs. On s’est préparé à 45 – 50 joueurs, il faut qu’on finisse la saison à 45 – 50.

L’arbitrage va être encore difficile pour ce match, au vu des pénalités concédées lors des derniers matches, il va falloir se montrer encore plus prudent ?
R.G : Quand on regarde les statistiques, on est pas les seuls à avoir plus de 18 pénalités dans un match. Il va falloir qu’on s’adapte une nouvelle fois à l’arbitre, à ce qu’il pénalise. Il faut maîtriser notre sujet, c’est une question de lecture. Quand on connaît l’arbitre, on essaie de faire un focus sur lui comme l’équipe adverse pour se préparer au mieux.

* les propos de Benoît Rieu, Marc Palmier et Mikheil Alania sont à retrouver sur les pages de la Montagne