Le mot du coach face à Béziers

Après leur défaite amère face à Rouen, la semaine dernière, les Aurillacois ont du se remobiliser avant la réception de Béziers, une équipe qu’ils connaissent très bien. AJ Coertzen, Onehunga Havili et Youssef Amrouni ont accompagné Roméo Gontinéac pour répondre aux questions des journalistes.

AJ Coertzen : Comment as-tu ressenti ce match face à Rouen ?
AJ : On a été déçu et frustré après cette défaite. On a pas eu assez de ballons en première mi-temps et les Rouennais nous ont mis la pression en défense. On a pas su exploiter les quelques ballons qu’on a eu et on s’est mis sous pression. C’est difficile de mettre ton jeu en place quand tu cours après le score.
On a manqué d’agressivité en attaque et on a pas eu assez de ballons pour capitaliser nos actions comme il aurait fallu.

Que penses-tu de l’équipe de Béziers ?
AJ :
Je pense que c’est une bonne équipe, leur attaque et leur défense sont agressives. Cette semaine, nous avons travaillé sur des points spécifiques pour les attaquer au mieux. Je pense qu’on est capable de les battre, on a cet avantage de jouer à domicile, nous voulons gagner donc je pense que ça va être un bon match.

 Est-ce que tu t’habitues à jouer dans cette atmosphère sans public ?
AJ : Non, on ne s’habitue jamais à ça. Ce n’est pas facile de jouer quand personne ne regarde mais on doit faire avec cette situation. On doit rester concentrer sur ce qu’on a à faire. Nous serons contents lors du retour de nos supporters.

Onehunga, tu es de retour dans l’équipe ce soir, quel est ton ressenti ?
Onehunga Havili :
Je suis très excité. Je n’ai pas joué depuis deux mois. Je vais me concentrer sur mon jeu et voir ce que je peux apporter à l’équipe.

Après ton arrivée, cet été, tu te sens de mieux en mieux dans l’équipe ?
O.H : Oui complétement, c’est plus confortable. Il me reste aussi des choses à apprendre.

Sur quels points, tu dois progresser ?
O.H : Je pense que je peux développer ma défense et l’apporter dans le plan de jeu d’Aurillac.

Les conditions météo de ce soir, vont permettre un jeu d’avants plus conséquent, est-ce que cela te convient ?
O.H : Oui, c’est plus puissant. On va essayer de marquer des essais.

Youssef, que penses-tu de cette première partie de saison ?
Youssef Amrouni : C’est une première partie de saison un peu mitigée puisqu’on avait pour objectif de ne pas perdre à la maison. On a essayé de récupérer les points à l’extérieur. On a du mal à se situer avec les matches en retard, c’est compliqué d’avoir une vision sur le long terme. On a quand même fait de bonnes choses, certaines sont à améliorer. Sur certains matches on a montré de l’agressivité, de la combativité et sur d’autres, on est passé à côté. Mais je pense que ça prédit de bonnes choses pour la suite.

Vous avez su identifier ces différences de matches où vous étiez dans l’engagement et d’autres où vous étiez moins dedans ?
Y.A :
Oui, la discipline. Les matches où on passe à côté, c’est la discipline à l’image du Week-end dernier. On est peut-être l’équipe la plus pénalisée de Pro D2. C’est compliqué de gagner à l’ extérieur quand on fait trop de fautes. Il va falloir se remobiliser et remettre les fondamentaux contre Béziers.

Les conditions de ce soir vont être favorables aux avants, ça met plus de pression ?
Y.A : Non, on a l’habitude. On s’entraîne dans des conditions difficiles. Ça peut être un atout pour nous, la neige et la boue seront nos alliées. C’est pour les équipes qui vont venir ici que ce sera difficile.

 Béziers montre beaucoup d’engagement dans son jeu, comment tu vois cette équipe ?
Y.A : Béziers est une équipe expérimentée, elle me fait penser un peu à Colomiers. Ils connaissent très bien la Pro D2. On a souvent joué contre eux. Ils savent mettre les ingrédients pour aller gagner. C’est pas une raison, nous aussi, on sait le faire. On aura plus d’avantages à les mettre à mal sur un terrain comme ça. On connaît très bien certains de leurs joueurs, leurs qualités et leurs défauts.

Roméo, est-ce que le terrain et les conditions pourront aider le Stade Aurillacois à la victoire ?
Roméo Gontinéac : On est censés, être plus habitués à la neige que Béziers. Depuis la semaine dernière, on s’entraîne avec le froid et la neige. Cette semaine, on a fait de bonnes journées d’entraînement sur le synthétique de Baradel. On s’est bien habitué au froid, à l’humidité et à la neige. Depuis hier, on a retrouvé le terrain naturel pour se mettre dans les conditions de ce soir. On est prêts pour ce match quoi qu’il se passe.

Comment tu vois l’évolution de Béziers depuis votre match aller ?
R.G : En début d’année, ils étaient un peu en manque de confiance. Mais depuis deux mois, on voit qu’ils tournent à plein régime. Ils sont confiants, c’est une équipe complexe, rigoureuse avec des joueurs de qualité. C’est une équipe qui s’est battue pour avoir des points accumulés. Ils ont aussi un mental vu la période estivale difficile qu’ils ont passé. Ils ont su aussi dépasser leurs points faibles du début de saison.

Face à eux, on est l’équipe qui doit relever la tête. On a pas montrer de grosses performances face à Valence-Romans et Rouen. Tout cela est lié à la gestion de nos temps forts et de nos temps faibles. On a manqué d’efficacité et de discipline aussi bien dans le jeu courant que dans les phases de conquête. Ces deux dernières saisons, on était connus pour dominer le secteur de la mêlée. On est pénalisé et on doit revenir l’équipe qui domine son secteur. Ce n’est pas le visage que l’on veut voir du Stade.
Chaque joueur a le potentiel pour faire mieux, de relever le défi, de mettre le cerveau, le cœur, la tête et les jambes pour aller dans ce sens.