L’Assemblée générale de l’Association

Ce lundi 9 décembre au Nautic se tenait l’Assemblée Générale de l’Association du Stade Aurillacois.
Jean Bessière, président de l’Association, était entouré de Christian Millette, André Delmas, Emile Sarraille, trésorier ainsi que de Philippe Fabre, vice-président du Conseil départemental au sport, de Charles Delamaide en charge des équipements sportifs de la CABA, de Philippe Couderc en charge des sports de la Ville d’Aurillac, Nadège Veau, représentante du président de la Ligue AURA et Robert Lagarde, président du CDOS.

Jean Bessière a rappelé la longévité du Stade Aurillacois avec ses 115 ans d’existence et une belle citation du président fondateur du club : Monsieur Gibert : «  Le rugby n’est pas, comme le prétendent ses ennemis un jeu brutal et dangereux. C’est au contraire un jeu raisonné et sain. Aussi le Stade n’a-t-il qu’un but : former la volonté de chaque sociétaire, l’habituer à l’endurance, lui acquérir un coup d’œil prompt et sûr, lui permettant de se rendre compte facilement d’une situation le préparant ainsi à une vie d’homme de cœur. »

Après ce rappel à l’histoire, le rapport moral et financier de la saison 2018/2019 a été entamé.

L’Association du Stade Aurillacois s’est félicitée de plusieurs points sur cette saison avec la belle 14ème place du groupe espoirs dans leur catégorie, l’augmentation des effectifs en section féminines U18F, l’évolution de plusieurs équipes dans l’élite de leur catégorie (espoirs, crabos et cadettes). A aussi été soulignée l’importance des relations à entretenir avec l’ensemble des clubs du département et de sa périphérie.
Sur le plan financier, les comptes de l’exercice sont équilibrés. Il a été noté la hausse de dons bienfaiteurs alloués à l’association, l’importance des contributions diverses de la SASP qui gère le secteur professionnel et la nécessité de mobiliser toutes les forces vives du club pour optimiser les revenus des différentes animations (Quine, Tombola…..)

L’Association a aussi besoin de résoudre certaines problématiques comme la baisse d’effectif dans les écoles de rugby avec une baisse de 11% du nombre de licenciés par rapport à la saison passée sur l’ensemble du département. Elle doit aussi élargir son vivier de bénévoles et rajeunir sa moyenne d’âge en attirant de nouvelles catégories de dirigeants, notamment chez les femmes, sans oublier le corps arbitral, qui souffre du manque de vocations spontanées.

La politique fédérale a été évoquée en ce qu’elle impacte l’évolution des missions de l’association développement du rugby féminin, du rugby à 7 et à 5, réforme du haut niveau avec création d’une académie régionale qui est autorisée à accueillir les talents repérés comme à fort potentiel au niveau fédéral.

Jean Bessière a aussi remercié l’ensemble des instances publiques présentes pour leur travail réalisé tout le long de l’année pour la mise à disposition et l’entretien des terrains et des infrastructures nécessaires au bon déroulement de la saison sportive de l’ensemble de nos équipes et bien sûr pour leur soutien financier.

L’école de rugby a aussi été mise en lumière cette saison avec le renouvellement de la labellisation en juin 2019 et la fidélité du soutien de l’association des ex du stade a été une nouvelle fois soulignée.

Christian Millette est aussi intervenu lors de cette assemblée. Il a souligné l’importance du travail réalisé par le Centre de Formation. Il est important d’avoir des équipes solides dès le plus jeune âge pour en bénéficier plus tard au plus haut niveau, c’est le devenir du club.  Le Centre de Formation permet aussi de générer des financements.

Il a aussi remercier les équipes techniques et les élus pour leur aide précieuse grâce à la création du bel écrin proposé par la collectivité du Stade Jean Alric, qui répond aux exigences de plus en plus élevés de la LNR en contrepartie desquelles la SASP perçoit les recettes de droits TV tout à fait indispensable à son fonctionnement.
Le travail des bénévoles de l’association est aussi important, il est nécessaire de fédérer toujours plus de jeunes gens et de jeunes filles pour jouer mais aussi encadrer les joueurs. Rajeunir nos équipes, s’est donné un second souffle au Stade Aurillacois.

Enfin, Philippe Fabre, Philippe Couderc et Charles Delamaide ont rappelé, que les instances dont ils sont représentants, continueraient, malgré diverses contraintes, à soutenir le Stade Aurillacois, à travers leurs subventions et les moyens mis en œuvre.